ImprimerRetour

La prévention et l'information

Informer, sensibiliser, comprendre, agir

 
L’EID Atlantique considère aujourd’hui la prévention comme le premier levier d’action de la lutte anti-vectorielle. Il s’agit d’informer et de sensibiliser le grand public et les professionnels de santé sur les risques sanitaires et vétérinaires liés aux moustiques ainsi qu’au développement de gîtes larvaires et des pratiques favorables à leur prolifération.

Afin de prolonger son action de prévention auprès des populations pour qu'elles deviennent porteuses de santé publique, l’EID Atlantique a utilisé les nouvelles technologies, notamment par le développement d'une application pour smartphone et tablettes : i Moustique. Ce nouvel outil permet de démultiplier la surveillance des moustiques vulnérants et vecteurs potentiels de maladies en mettant à disposition du grand public une procédure de signalement accélérée basée sur le principe de la veille citoyenne.

Ainsi, en 2014,
l’EID Atlantique a reçu près de 1 000 signalements de moustiques, la veille citoyenne a notamment permis de détecter la présence d’Aedes albopictus dans le département de la Vendée où il était jusqu’alors absent.

Les bons gestes face aux moustiques


          3)   en envoyant un échantillon par courrier.
  

Protection individuelle

 
La protection personnelle contre les piqûres de moustiques (ou Protection Personnelle Anti-Vectorielle, PPAV) est un moyen complémentaire mais insuffisant pour se prémunir des maladies, des allergies ou des irritations. Limiter les « gîtes larvaires » où se développent les moustiques est souvent la première et la principale mesure de protection à appliquer.

La Société de Médecine des Voyages et la Société Française de Parasitologie ont édité des guides de « bonnes pratiques » en matière de PPAV.  Ces guides stipulent notamment que les mesures de protection individuelle doivent être adaptées en fonction :

Les ACtions de protection contre les moustiques

 

Mobilisation collective


Une stratégie de lutte intégrée pertinente repose sur une mobilisation collective adaptée aux enjeux sanitaires et compatible avec la préservation de l’environnement.

Pour orienter le choix des méthodes de lutte contre les moustiques, plusieurs facteurs doivent ainsi être pris en compte et analysés en rapport :




1 € / an est le coût moyen par habitant de la prévention collective biologique assurée par l’EID Atlantique dans les départements membres de la structure




15 €/an est le coût moyen par habitant d'un répulsif
anti-moustique (traitement chimique non spécifique)





Source : www.eidatlantique.eu