ImprimerRetour

Des vecteurs potentiels de maladies

Suite à l’expertise collégiale réalisée par l’IRD en 2009, tous les moustiques sont aujourd’hui considérés comme des vecteurs potentiels de maladie.               

 

Le moustique : un vecteur potentiel de maladiesCertains insectes sont vulnérants, allergisants, irritants (guêpes, frelons), d'autres sont hôtes intermédiaires de parasites ou transporteurs passifs d’agents pathogènes (moustiques, simulies, phlébotomes). Parmi les hématophages (se nourrissant de sang), les moustiques sont les premiers vecteurs de maladies au monde.

Un vecteur est un arthropode hématophage qui assure la transmission biologique active d’un agent pathogène (virus, bactérie, parasite) d’un vertébré à un autre vertébré.

En piquant un individu infecté, les moustiques peuvent prélever un agent infectieux. Après une phase d’incubation dans leur organisme, les moustiques infectants deviennent alors vecteurs de la maladie et peuvent la transmettre à des individus sains.

Pour la première fois en 2010, des cas autochtones de dengue (2 cas) et de chikungunya (2 cas) ont été signalés en métropole dans les départements des Alpes-Maritimes et du Var, soulignant ainsi la possibilité de voir se développer ces maladies dans les départements où le moustique vecteur, Aedes albopictus, est implanté.

Brochure INPES « Comment pourrait survenir une épidémie de chikungunya […] »

L’étude des vecteurs constitue l’entomologie médicale et vétérinaire. Cette discipline scientifique consiste à étudier le rôle des Arthropodes (insectes et acariens) en santé humaine et animale. Près de 80% des moustiques inventoriés sur le territoire d’intervention de l’EID Atlantique, présentent des compétences vectorielles connues.

Les principales maladies transmises par les moustiques sont :





Source : www.eidatlantique.eu