ImprimerRetour

La mission de veille sanitaire

 Une mission de veille sanitaire confiée par l'Etat

Suite à l’épidémie de chikungunya survenue à La Réunion en 2006, la Direction Générale de la Santé (DGS) a mis en place un réseau de surveillance des moustiques exotiques importés. Dans ce cadre, l’EID Atlantique a été désigné pour assurer la mise en œuvre de ce réseau visant à détecter la présence du moustique Aedes albopictus («moustique tigre») à l’échelle de la zone Atlantique, Manche et Mer-du-Nord. Cette zone couvre 8 régions et 28 départements, de la frontière belge à la frontière espagnole.

Les objectifs de ce plan sont :


En 2011, le moustique est intercepté pour la première fois en Gironde et dans le Lot-et-Garonne. Son implantation est confirmée en Lot-et-Garonne en 2012 et en Gironde en 2013. Ces deux départements sont aujourd’hui classés en niveau 1 du plan national anti-dissémination du chikungunya et de la dengue, soit sur la liste des départements où Aedes albopictus est implanté et constitue une menace pour la santé de la population. En 2013, des détections sporadiques ont été recensées dans les départements des Pyrénées-Atlantiques et de la Charente-Maritime.
 

Evolution du réseau de surveillance de 1999 à 2015

Le dispositif de surveillance

Le dispositif de surveillance entomologique repose sur un réseau sentinelle de pièges pondoirs installés sur des sites considérés à fort risque d’implantation. Ce piégeage consiste à fournir à l’espèce ciblée des sites de pontes attractifs. Aedes albopictus est un moustique qui colonise toute sorte de petites collections d’eau artificielles en milieu urbain et péri-urbain (coupelles de pot de fleurs, réservoirs d’eau, pneus usagés, etc.).


 

Un piège est déclaré positif lorsque des œufs d’Aedes albopictus sont observés et identifiés. Le nombre d’œufs est alors comptabilisé et la surveillance entomologique est immédiatement renforcée à proximité du piège positif (pose de pièges pondoirs supplémentaires, mise en place de pièges spécifiques pour la capture de moustiques adultes). En 2014, 1500 pièges pondoirs sont suivis par les agents de l’EID Atlantique.


Ce réseau est aujourd'hui renforcé par la "veille citoyenne" grâce à des outils qui permettent au grand public de contribuer à la détection du "moustique tigre".

 

Les enquêtes autour des cas suspectés de maladies importées

Dans les départements où le moustique tigre (Aedes albopictus) est implanté et actif, l'EID Atlantique réalise les enquêtes entomologiques autour des cas suspects de dengue ou de chikungunya signalés par les autorités sanitaires (Agences Régionales de Santé). Chaque lieu fréquenté par le patient pendant la période où il est porteur du virus (virémie) est alors scrupuleusement inspecté de manière à mettre en évidence la présence ou l'absence du moustique vecteur Aedes albopictus.

En cas de détection positive d'Aedes albopictus autour d'un lieu fréquenté par un patient suspecté d'être porteur du virus, l'EID Atlantique met en œuvre un traitement anti-larvaire et/ou anti-adulte conformément aux dispositions de l'arrêté préfectoral établi pour l'application du plan national anti-dissémination du chikungunya et de la dengue en vigueur dans les départements inscrits sur l'arrêté interministériel du 26 août 2008 modifié. Cette opération a pour objectif de diminuer la densité du vecteur afin de limiter les risques de piqûres de moustiques potentiellement infectés.
 

La mise en oeuvre du Réglement Sanitaire International (RSI) en métropole

La loi n°2009-879 du 21 juillet 2009 portant réforme de l'hôpital et relative aux patients, à la santé et aux territoires a transposé le Règlement Sanitaire International (RSI) en droit français, elle a été complétée par le décret n°2013-30 du 9 janvier 2013.

Engagé depuis une dizaine d'années auprès d'organismes publics et privés, l'EID Atlantique a renforcé son expérience dans le domaine de l'expertise entomologique des ports, des aéroports, des sociétés d'autoroutes et des plate-formes logistiques. Ces différents acteurs sont d'ores et déjà engagés dans des démarches "qualité" qui intègrent des dimensions sociales, économiques et environnementales mais la gestion du risque entomologique est une nouvelle donnée qu'il convient d'apréhender à la hauteur des enjeux sanitaires qu'elle représente. L'EID Atlantique constitue un partenaire privilégié pour accompagner les acteurs du RSI dans la définition et la gestion du risque entomologique.
 





Source : www.eidatlantique.eu