établissement Interdépartemental
pour la Démoustication du littoral Atlantique

La prévention et l'information

Informer, sensibiliser, comprendre, agir

 

Le Département de la Charente-Maritime considère aujourd’hui la prévention comme le premier levier d’action de la lutte anti-vectorielle. Il s’agit d’informer et de sensibiliser le grand public et les professionnels de santé sur les risques sanitaires et vétérinaires liés aux moustiques ainsi qu’au développement de gîtes larvaires et de les mobiliser sur les pratiques défavorables à leur prolifération.

Le service départemental de démoustication diffuse largement son expertise et ses conseils auprès du grand public pour activer une mobilisation sociale en faveur de la lutte contre les moustiques, notamment autour des habitations :

Les bons gestes face aux moustiques

 

  • Limiter les « gîtes larvaires » pour éviter la prolifération des moustiques :

    Autour de votre habitation, pour éliminer les eaux stagnantes qui sont des gîtes potentiels pour les moustiques :
     

                

                        Couvrir les réserves d'eau
          et nettoyer les gouttières et caniveaux

                                     

                                              Vider ou ranger les récipients pouvant contenir de l'eau

     

                           
     

                   valoriser les déchets et Éviter les dépôts sauvages  

 

Signaler la présence de moustiques vulnérants

Afin de prolonger son action de prévention auprès des populations pour qu'elles deviennent porteuses de santé publique, le service de démoustication utilise les nouvelles technologies, notamment par le développement d'une application pour smartphone et tablettes : i Moustique. Ce nouvel outil permet de démultiplier la surveillance des moustiques vulnérants et vecteurs potentiels de maladies en mettant à disposition du grand public une procédure de signalement accélérée basée sur le principe de la veille citoyenne. Si vous pensez avoir observé un moustique inhabituel, vous pouvez en informer le service de démoustication :

  1. )   directement sur votre smartphone après avoir téléchargé gratuitement l'application iMoustique© ;
  2. )   sur le site Internet en remplissant le formulaire signalement dans la rubrique contact ;
  3. )   en envoyant un échantillon par courrier.

Ainsi, depuis 2014, le service de démoustication a reçu plus de 1 000 signalements de "moustique tigre" (Aedes albopictus). La veille citoyenne a notamment contribué à la détection de sa présence en Charente-Maritime.

  

Protection individuelle

 

La protection personnelle contre les piqûres de moustiques (ou Protection Personnelle Anti-Vectorielle, PPAV) est un moyen complémentaire mais insuffisant pour se prémunir des maladies, des allergies ou des irritations. Limiter les « gîtes larvaires » où se développent les moustiques est souvent la première et la principale mesure de protection à appliquer.

La Société de Médecine des Voyages et l'Institut Pasteur de Lille ont édité des guides de « bonnes pratiques » en matière de PPAV.  Ces guides stipulent notamment que les mesures de protection individuelle doivent être adaptées en fonction :

  • des personnes (nourrissons avant l’âge de la marche, enfants, femmes enceintes ou allaitantes, personnes âgées, personnes à pathologie sous-jacentes) ;

  • de l’exposition (des espèces de moustiques, de leur densité, de leur période d’activité : nocturne, diurne, de la saison et de l'environnement) ;

  • de la situation épidémiologique.
     

Les ACtions de protection contre les moustiques
 

  • porter des vêtements longs, amples et de couleur claire ;

  • utiliser des moustiquaires (fenêtres et lits) si les espèces de moustiques présentes piquent à l’intérieur des habitations ;

  • adapter si possible vos horaires pour éviter de vous exposer aux piqûres, notamment contre les espèces de moustiques qui piquent à l’extérieur au crépuscule.

 

Mobilisation collective


Une stratégie de lutte intégrée pertinente repose sur une mobilisation collective adaptée aux enjeux sanitaires et compatible avec la préservation de l’environnement.

Pour orienter le choix des méthodes de lutte contre les moustiques, plusieurs facteurs doivent ainsi être pris en compte et analysés en rapport :

  • Bénéfices / Risques ;

  • Santé / Environnement ;

  • Coût / Efficacité.
     

 



Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plusok